astro-


astro-

astro- Élément, du lat. astrum « astre ».

⇒ASTRO-, élément préf.
Élément préf. correspondant à astre ou aster, formateur de composés subst. ou adj., princ. en astron., biol., bot. et zool.
I.— Correspond à astre; le 2e terme est gén. formé à partir du grec.
A.— ASTRONOMIE :
astrochimie, subst. fém. « Étude des astres du point de vue de la chimie » (attesté ds L. MARIN, Les Ét. ethniques en 1950, 1954, pp. 39-40)
astrocynologie, subst. fém. « Discours, traité sur les jours caniculaires » (Ac. Compl. 1842); v. aussi BESCH. 1845, Lar. 19e); Ac. Compl. 1842 et Lar. 19e attestent l'adj. correspondant astrocynologique
astrographe, subst. masc. « Télescope spécialement conçu pour la prise d'images photographiques » (GALIANA Astronaut. 1963)
astrométrie, subst. fém. 1. « Partie de l'astronomie qui détermine les positions et les mouvements des astres »; appareils adaptés à l'astrométrie visuelle ou photographique (Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 126). 2. « Vx. Art de mesurer à l'aide de l'astromètre les diamètres apparents des astres et les petites distances des étoiles » (Lar. 19e). Le spécialiste qui s'occupe d'astrométrie est l'astrométriste (B. DECAUX, La Mesure précise du temps, 1959, p. 56)
astrophanomètre, subst. masc. Synon. de astéréomètre; « instrument destiné à calculer le lever et le coucher des astres » (Lar. 19e); l'adj. dérivé astrophanométrique est cité par Ac. Compl. 1842.
Rem. 1. À noter l'hésitation de la lang. pour qq. mots entre astro- et astéro- : ,,On donne encore le nom d'astéromètre ou d'astromètre à l'héliomètre, qui sert à mesurer les diamètres apparents des astres et les petites distances des étoiles`` (BOUILLET 1959); Ac. Compl. 1842 atteste l'adj. astéréométrique « qui se rapporte à l'astéréomètre ». À noter aussi le néol. plaisant astérologue à côté de astrologue (cf. G. ROY, Bonheur d'occasion, 1945, p. 362). 2. Astronef, subst. masc. « Véhicule servant aux déplacements dans l'espace cosmique, notamment pour aller d'un astre à un autre (on dit aussi cosmonef et vaisseau spatial) » (GALIANA Astronaut. 1963) est le seul composé dont le 2e élément est une base latine.
B.— HIST. NATURELLE :
astrophore, adj. « Qui porte des étoiles, des ornements en forme d'étoiles » (Lar. 19e)
astrotrique, adj. « Qui a des poils rameux et en forme d'étoiles » (Ac. Compl. 1842).
C.— HIST. et PHILOS. :
astrolâtrie, subst. fém. « Adoration des astres » (cf. COMTE, Catéchisme positiviste, 1852, p. 342; RENAN, Hist. des orig. du Christianisme, Les Évangiles et la seconde génération chrétienne, 1877, p. 462)
astrothéologie, subst. fém. « Doctrine dans laquelle on établit l'existence de Dieu sur les preuves tirées de l'astronomie » (Ac. Compl. 1842).
D.— MÉD., PSYCHOL. :
astrobiologie, subst. fém. « Branche de l'astronomie et de la biologie qui traite des recherches concernant la vie sur les astres autres que la Terre » (GALIANA Astronaut. 1963)
astrophobie, subst. fém. « Phobie des éléments » (cf. P. JANET, Les Obsessions et la psychasthénie, t. 1, 1903, p. 184).
II.— BIOL. Correspond à aster et indique dans les composés, dont les 2es termes sont toujours formés à partir du gr., la présence de ramifications ou de rayons (cf. astrocyte, astrocytome) :
astroblaste, subst. masc. (gr. , ce qui germe). « Synon. d'astrocyte juvénile de Cajal » (Méd. Biol. t. 1 1970); astroblastique adj.« la nature astroblastique de ces éléments... » (ROUSSY ds [F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd., fasc. 1, 1920-24, p. 321])
astroblastome, subst. masc. « Tumeur cérébrale (...), formée de cellules dont les caractères sont ceux des astroblastes (...) Ces cellules comportent également des prolongements radiaires courts qui partent du cytoplasme périnucléaire » (Méd. Biol. t. 1 1970)
astrocinétique, adj. « Qui concerne les mouvements du centrosome lors de la caryocinèse » (Méd. Biol. t. 1 1970); « autour du centrosome rayonnent des filaments plus ou moins longs qui forment l'aster » (Lar. encyclop., s.v. centrosome);astrostatique, adj. « qui concerne le stade de repos du centrosome » (Méd. Biol. t. 1 1970) l'anton. est astrocinétique
astrosphère, subst. fém. « Structure cellulaire constituée par la sphère attractive de l'aster » (Méd. Biol. t. 1 1970); « au moment de la division cellulaire l'archoplasme s'entoure de radiations qui forment l'aster; l'astrosphère correspond alors à l'ensemble des constituants précités » (R. HUSSON, F. GRAF, Manuel de biol. gén., 1965, p. 41).
Rem. Outre ces termes de biol., on peut citer un terme de zool. astrophyton, subst. masc. « Genre d'animaux échinodermes stelléridés » (GUÉRIN 1892). Cf. aussi J.-B. CHARCOT, La Mer du Groënland, 1929, p. 115 : ,,Je décidai d'appareiller le lendemain matin pour draguer là où je savais ramasser des astrophytones promis au Museum``; astérophyton, subst. masc. est attesté avec le même sens : des astérophytons verruqueux (VERNE, Vingt mille lieues sous les mers, 1870, p. 109, 160).
MORPHOL. — Except. astro- devient astri- devant un 2e élément d'orig. lat.; cf. astrifères, subst. fém. plur. « pierres gravées où sont figurés les astres » (CH.-L. CARABELLI, [Grav.]).
HIST. et VITALITÉ
A.— Après qq. hésitations (cf. supra I A et II rem.) il semble qu'une répartition par domaines soit faite dans l'usage contemp. entre les mots formés sur les préf. astro- et astéro-. Astro- continue à former des mots du vocab. de l'aéron. et de la biol. cellulaire, astéro- des mots de bot. et de zool.
B.— En raison des progrès réalisés dans la navigation interplanétaire, astro- est relativement productif (cf. astronaute, astronautique et astroport, subst. masc., synon. de aéroport [cf. GILB. 1971]) mais est concurrencé par cosmo-. Astronef fonctionne à côté de cosmonef; astronaute tend à devenir moins fréq. que cosmonaute pour désigner le conducteur d'un engin spatial. Cosmo- a été préféré à astro- pour former le mot désignant la base d'où sont lancés les vaisseaux cosmiques. On dit cosmodrome et non astrodrome, qui est apparu comme ,,terme virtuel sous la plume d'un grammairien mais n'a été rencontré dans aucun énoncé dans une situation d'astronautique`` (GUILB. Astronaut. 1967, p. 282). En définitive, la série lex. de l'astron. formée sur astro- est ,,peu étendue, puisqu'elle est représentée, dans le vocabulaire effectivement diffusé, par astronautique, astronaute, astronef. Le mot astronautique, le plus ancien, est le mieux établi, puisqu'il est en pratique le seul terme pour désigner la science, et il a pu donner naissance à son tour au dérivé astronauticien. Astronaute, dans la concurrence avec cosmonaute, s'appuie non seulement sur son ancienneté dans la langue française mais aussi sur le terme astronaute, seul employé dans le vocabulaire anglo-américain`` (Ibid., p. 300).
BBG. — BOUILLET 1859 (composé). — CHESN. 1857 (composés). — DUVAL 1959 (composés). — GALIANA Astronaut. 1963 (composés). — GARNIER-DEL. 1961 [1958] (composé). — GIRAUD-PAMART 1971 (composé). — GUILB. Astronaut. 1967 (composés). — GUYOT 1953 (composé). — HUSSON 1970 (composé). — LAL. 1968 (composé). — LITTRÉ-ROBIN 1865 (composé). — Méd. Biol. t. 1 1970 (composés). — MONT. 1967 (composé). — MULLER 1966 (composé). — NEYRON 1970 (composés). — PRIVAT-FOC. 1870 (composé). — RHEIMS 1969 (composés). — RIGAUD (A.). Omnès-omnibus. Vie Lang. 1969, p. 595 (composé).

1. astro-
Élément, du grec astron ou du lat. astrum correspondant à astre et servant à former des noms et des adjectifs, en astronomie. aussi Aster- (1.).
————————
2. astro-
Élément, du grec astêr ou du lat. aster (→ 2. Aster), servant à former des noms et des adjectifs en biologie, botanique, zoologie. aussi Aster- (2.). — Il apparaît, sous la forme astr-, dans anastral.

Encyclopédie Universelle. 2012.